Plus canis que lupus

Une enquète récente a démontré qu'il existait bel et bien une mode des prédateurs. En quelques années, les ours, loups, tigres et autres grands carnivores ont déclenché de véritables passions auprès d'un public en mal d'exotisme.
Animal mythique par excellence, souvent associé à la culture amérindienne, le loup se place en tête de liste des animaux fétiches et nombreux sont les fans qui rêvent d'un posséder un.
Fort heureusement, la détention de loups et d'hybrides est soumise à une règlementation très stricte et n'est accessible qu'aux personnes possédant les compétences reconnues ainsi que l'infrastructure adéquate. On ne s'improvise pas propriétaire de loup de même qu'on n'élève pas un loup en appartement ! Cela pourrait sembler évident mais, croyez-moi, nous rencontrons parfois de drôles de cas.
En marge de la détention illégale, malgré tout très rare, il y a tous ceux qui veulent se rendre intéressants en prétendant posséder un "loup". Au plus souvent, il s'agit de chiens-loups de Saarloos ou de Tchécoslovaquie, deux races issues d'un croisement avec le canidé sauvage et officiellement reconnues par les fédérations canines. Le faible pourcentage de sang lupin leur confère une apparence proche de celle du loup et pour des personnes non averties, la confusion est possible. Mais nous avons aussi parfois affaire à des chiens de bergers ou des nordiques (husky, malamute, chien du groenland), voire des chiens-loups...malinois !
Cela ne serait pas aussi important si tous ces frimeurs ne faisaient perdre un temps précieux aux associations telles que la nôtre, notamment en enquètes, et si leurs chiens ne contribuaient à ternir encore un peu plus l'image du loup. Car il est utile de rappeler que, contrairement au chien, le loup n'attaque que très rarement l'homme et que les morsures qu'on lui impute sont généralement provoquées par des chiens de type lupoïde mal sociabilisés.
Je pense donc qu'il est temps de remettre les pendules à l'heure une bonne fois pour toutes et ce, afin que plus personne ne soit dupe lorsqu'il se trouve face à l'un de ces faux loups. Pour cela, voici une liste des différentes caractéristiques physiques du Canis Lupus :
Oreilles : petites, arrondies, épaisses, fortement poilues à l'intérieur. Érigées à seulement quelques semaines : les  louveteaux n'ont pas les oreilles pendantes. Les oreilles du Husky et du Malamute se terminent en pointe et sont attachées plus haut sur la tête. Les oreilles du BA* sont, bien sûr, beaucoup plus grandes, plus pointues et plus minces.
Yeux : jaunes, pâle ou foncé, mais jamais bleus (sauf les premières semaines) ou verts. Présence d'un tapetum, surface réfléchissante derrière la rétine qui renvoie la lumière et donne un effet brillant dans l'obscurité.
Nez, lèvres, bordures des yeux : toujours noirs, jamais roses ou tachetés. Très important à des fins de communication, ils sont sensés être visibles de loin.
Dents : longues, courbes, proportionnellement plus grandes que les dents de chien.
Tête : large par rapport au corps. Museau long et effilé, par opposition au nez court et fort du Malamute. Le front est très plat, l'arrêt n'est pas du tout prononcé. Si vous faites glisser votre doigt vers le haut sur le museau d’un chien, vous butez sur un "mur" au niveau du front. Sur un loup, vous arrivez directement jusqu'au sommet de la tête sans aucune cassure.
Dos : droit, aucune pente descendante comme chez le BA.
Corps : très long, mince et élancé, pas en tonneau comme les chiens nordiques.
Pattes : très longues par rapport à la taille globale. Pattes avant rapprochées sur la poitrine, les omoplates - vues de l'arrière – sont également rapprochées, ce qui provoque un effet de " X "  lorsqu’on regarde l’animal de face. Orteils pointant légèrement vers l’extérieur, et non vers l'avant comme chez le chien. Ligne de poils plus foncés partant de l'épaule jusqu'au genou. Les pattes arrières ont comme des " jarrets de vache", avec des métacarpes anormalement longs. Aucun ergot arrière.
Doigts : très longs, l'empreinte entière est plus allongée que celle de la plupart des chiens. Par comparaison, le BA a les doigts plus gros, tandis que les chiens nordiques ont une emprunte très ronde, presque féline. Fourrure entre les orteils. Les ongles des orteils et les coussinets des pattes sont noirs.
Queue : droite et touffue. Ressemble à un goupillon. Pas de courbure et aucune queue en panache. La queue du loup se termine au-dessus du jarret, contrairement au BA dont la queue se prolonge sous le jarret. La marque de la glande pré-caudale est nettement visible (même chez les animaux noirs ou blancs), et est composée de poils plus raides que le reste de la queue. La glande, et pas seulement la marque, est également présente.
Fourrure : poil double, dense et long, se terminant par une pointe noire. Présence d’une crinière / collerette autour du cou, en plus d’une sorte de cape (chabraque) sur le haut du dos. Mince en été mais épaisse en hiver. Assez rugueuse au toucher, bien qu’il soit prouvé que le régime alimentaire et l’état de santé influencent l’état du poil.
Couleurs : chaque poil est marqué de plusieurs couleurs, et non de couleur uniforme, c'est ce qui donne cette apparence "fauve". Les masques en pointe, tels que ceux observés sur les nordiques, sont typiques des chiens. Même sur un loup blanc ou noir, la selle (plus en avant que chez le BA) doit être légèrement visible. Car les loups ne sont jamais de couleur unie et obtiennent tous une apparence grisonnante à mesure qu'ils vieillissent.
Les marquages sont symétriques : jamais une tache noire sur un oeil, une oreille, d’un côté et pas l’autre. Les sourcils sont visibles mais se fondent parfaitement dans les autres couleurs de la robe. Le masque descend le long de l'arête du nez, et autour des yeux, bien délimité, fermé. Un masque ouvert ou un marquage asymétrique sont caractéristiques de Huskies et de Malamutes. Pas de zones chauves comme sur certaines races de chiens.
* BA = berger allemand
 
Différences comportementales :
 
 
Le loup se déplace d'une façon plus fluide, plus aérienne que le chien. Il court avec la tête baissée et la queue droite ; lorsqu'il marche, il "ondule", la tête dans le prolongement du corps.
 
Le loup est généralement plus alerte, plus conscient de son environnement, ses réactions sont beaucoup plus intenses que la majorité des chiens. Il réagit au moindre bruit.
Le loup est un animal timide, c’est inscrit dans son patrimoine génétique. En présence d’un étranger, il aura tendance à fuir et s’il ne le peut pas, il baissera la tête et s’accroupira tout en gardant un œil sur l’intrus.
Un loup ne s’éduque pas comme un chien, il se sociabilise tout au plus. Il n'est en aucun cas un animal de garde et/ou de défense, car il craint l’homme.
Le loup, même sociabilisé, n’est amical qu’avec les gens qu’il connaît.
Contrairement au chien, le loup ne s'exhibe pas. Impossible de parader avec lui car il déteste la foule et devient rapidement incontrôlable lorsqu'on le confronte à une situation inhabituelle.
Le loup n’aboie pratiquement pas, tout au plus un « wouf » lorsqu’il se trouve face à une chose qui l’intrigue. La plupart du temps, il hurle.
Le loup possède une intelligence largement supérieure à celle du chien. Le mot « impossible » ne fait pas partie de son vocabulaire. Il possède en outre un langage corporel très élaboré et tentera de communiquer avec vous au moyen de différentes attitudes.
Comme tous les prédateurs, le loup ne ressent pas d’empathie pour les autres espèces, y compris pour les animaux de compagnie. Un chien ou un chat sont pour lui des proies et la cohabitation est assez improbable.
Le loup représente un danger pour les petits enfants car il ne les associe pas à l'homme. 
 
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site