Que mange un chien-loup ou un hybride de loup ?

 
yuma-viande.jpgyuma-viande.jpg
 
 
A l'instar des autres chiens, le chien-loup est un carnivore dont les besoins nutritionnels se rapprochent de ceux de son ancêtre sauvage qui se nourrit essentiellement de proies vivantes. Le chien-loup ne peut donc se nourrir de croquettes traditionnelles car celles-ci sont composées de très peu de viande et d'une très grande part de céréales, source énergétique peu coûteuse pour le fabriquant mais très indigeste pour nos compagnons canins.
En effet, l'organisme du chien n'est pas conçu pour assimiler les protéines végétales contenues dans les céréales et leur teneur élevée en glucides peut causer surpoids, diabète, problèmes de digestion et autres maladies.


Pour mieux comprendre, nous allons nous pencher sur les trois types d'anatomie du système digestif chez les mammifères.

1. Les herbivores ont le système digestif le plus long,  conçu pour fermenter et transformer la matière végétale. Certains ont plusieurs estomacs pour une fermentation avancée qui permet de détruire complètement les végétaux pour une digestion optimale. Ces groupes d'animaux ont des molaires puissantes et plates leur permettant de moudre et de hacher l'herbe. Ils sont également conçus pour paître durant la plupart du temps. Les herbivores dépendent de la végétation pour obtenir une alimentation complète. Ils ont la capacité de détruire la cellulose présente dans les végétaux.
 

2. Les omnivores ont un intestin de longueur moyenne et seulement un estomac, ce qui leur donne la capacité de consommer des végétaux et de digérer également les protéines animales. Leur dentition est composée de molaires plates et dents tranchantes conçues aussi bien pour broyer que pour déchirer la nourriture. Cette catégorie de mammifères peut manger soit des protéines animales, soit des plantes. Mais la plupart du temps, ils mangent les deux. Ils ont besoin de ces deux catégories d'aliments pour bénéficier d'une alimentation équilibrée. Ils ont moins de capacité à casser les chaînes de cellulose présentes dans les plantes et les céréales.

3. Les carnivores ont un système digestif court et simple, leur permettant de digérer les protéines et les graisses animales. Les chiens font partie de cette catégorie. Les carnivores ont des molaires tranchantes en forme de lames, conçues pour trancher les morceaux de viande. Leurs mâchoires ne peuvent pas bouger latéralement comme chez les omnivores et les herbivores qui ont besoin de faire ce mouvement pour broyer la nourriture. Elles sont en revanche conçues pour s'ouvrir très grand afin de pouvoir avaler de gros morceaux de viande. Les carnivores ont la capacité de manger de grosses quantités de nourriture à la fois et peuvent se reposer entre les repas. Dans la vie sauvage, on parle de gavage. Cette expression prend tout son sens lorsque le carnivore chasse des grosses proies. Après la séquence de chasse, le carnivore peut consommer une large quantité de viande et jeûner ensuite jusqu'à la prochaine opportunité. Les chiens ont besoin de protéines animales afin de couvrir leurs besoins en acides aminés. Ils peuvent parfaitement vivre sans végétaux (hydrates de carbone). Ils n'ont pas la capacité de briser la cellulose issue des végétaux. Ces derniers sont donc très mal digérés, voire pas du tout.

Il est très difficile pour un chien de digérer de grandes quantités de végétaux, de céréales et de fibres. Avec leur système digestif très court, ils ne peuvent pas faire fermenter et digérer ces aliments comme le feraient les herbivores. Le résultat d'une ingestion de fibres chez le chien se traduit par des selles volumineuses et malodorantes.

Le chien a donc un système digestif court lui permettant de digérer facilement la viande et la graisse. La nourriture reste beaucoup plus longtemps dans l'estomac que chez les herbivores ou les omnivores et l'estomac contient beaucoup plus d'acide chlorhydrique destiné à détériorer les protéines, les os et les graisses et à tuer les bactéries. Le pH de leur estomac est inférieur ou égal à 1, alors que celui des humains est de 4 ou 5.

systeme-digestif-chien1293046387.jpg

L'estomac du chien (et de l'humain) produit de l'acide chlorhydrique qui serait capable de dissoudre du fer. Les chiens conservent la nourriture dans leur estomac pendant environ 4 à 8 heures. Le pH bas des sucs gastriques fournit une barrière aux agents pathogènes. Seulement une petite quantité de nourriture à la fois est libérée dans l'intestin et elle le traverse rapidement. Cela donne très peu de chances aux bactéries qui auraient survécu au bain d'acide de coloniser l'intestin et de provoquer des maladies gastro-intestinales.

 

Chez l'humain, à contrario, la nourriture passe de l'estomac à l'intestin en 30 à 60 minutes. La nourriture ainsi partiellement digérée reste de 12 à 60 heures dans l'intestin avant de passer dans le côlon. Cela signifie que l'intestin souffre d'une exposition prolongée à des germes qui ont survécu à une tentative d'extermination toute relative dans l'estomac.

Cela démontre comment les chiens peuvent facilement digérer la viande crue et les os et ont la capacité de détruire des bactéries nocives. La nature est pleine de sagesse et elle fournit une protection à ces carnivores afin qu'ils puissent consommer des proies et boire de l'eau dans les étangs sans être contaminés par des germes. Les bactéries telles que la salmonelle, E. Coli ou d'autres agents pathogènes présents dans la nourriture sont détruits lors de leur passage dans l'estomac. Les agents pathogènes qui survivraient malgré tout ont peu de chance de se propager durant leur court trajet dans les intestins.

La plupart des recettes pour chiens sont créées en partant du principe que leur système digestif est similaire à celui des humains, avec un fort accent mis sur les hydrates de carbone. Cela est partiellement dû au fait que les hydrates de carbone sont bon marché et qu'ils ont une durée de conservation plus longue. Ce constat est également valable pour les "rations ménagères", qui se contentent de reproduire les mêmes proportions de protéines, de graisses et d'hydrates de carbone que l'on trouve dans les aliments commerciaux. Ces recettes suivent les mêmes règles que celles des fabricants d'aliments industriels plutôt que d'être conçues pour couvrir les besoins nutritionnels réels du chien. Il est difficile de ne pas suivre leurs consignes, au vu de leurs déclarations de standards nutritionnels et de régimes équilibrés. Mais gardez à l'esprit que ces régimes sont conçus spécifiquement pour répondre à des questions de rentabilité, de conservation et de stockage. Ces aliments sont plus conçus pour couvrir les besoins des industriels que ceux des chiens.

Le National Research Council (NRC), qui fixe les standards en matière de besoins nutritionnels pour les chiens, ne mentionnent aucun besoin en glucides. Ils citent en revanche une longue liste d'acides aminés, les graisses et les minéraux. La viande, les os, les produits laitiers, le poisson et les œufs peuvent couvrir tous ces besoins.

Puisque la nourriture transite plus rapidement dans l'intestin grêle d'un chien que dans celui d'un omnivore ou d'un carnivore, les chiens ne sont pas conçus pour traiter la nourriture qui a besoin d'être fermentée ou détériorée. Les aliments idéaux pour un tel système digestif sont la viande et les graisses animales. Elles sont transformées dans l'estomac, puis s'acheminent vers l'intestin grêle. Les protéines sont transformées en acides aminés qui seront utilisés pour faire fonctionner l'organisme. L'adjonction de matière végétale provoque des flatulences et des selles odorantes et volumineuses. A cause de cette incapacité à digérer ces substances, il apparaît que les hydrates de carbone n'ont que peu de valeur nutritionnelle pour le chien.

 

Selon certains vétérinaires, ces hydrates de carbone pourraient même être responsables de troubles du comportement :

 
"Depuis les quarante dernières années, nous avons vu défiler dix-sept générations de chiens. Durant cette même période nous avons constaté une croissance considérable des maladies chroniques chez ces animaux, phénomène que nous voyions peu au début des années soixante. La plupart de ces maladies gravitent autour d'un effondrement du système immunitaire de nos animaux de compagnie.

Peu importe l'âge ou la race : allergies chroniques au niveau de la peau et des oreilles, désordres digestifs, désordres au niveau de la thyroïde, des glandes surrénales et du pancréas, crises d'épilepsie, problèmes dentaires et gingivaux, arthrite dégénérative, insuffisance rénale et hépatique. Nous constatons également un nombre record de désordres comportementaux et émotifs, incluant des agressions et des peurs alarmantes et inexplicables, de même que des difficultés de concentration et d'attention.
 
Les deux facteurs les plus importants qui expliquent le déclin de la santé de la population canine au cours de ces années sont l'utilisation abusive de vaccins polyvalents et la consommation d'aliments industriels pauvres en nutriments et remplis de toxines."
 
 
 
.
Les solutions

L'alimentation crue

Le cru, c'est simple, c'est de la viande crue. En réalité, c'est un peu plus compliqué que cela puisque dans un régime cru, il faut non seulement donner de la viande mais également des os charnus et des abats, en prenant soin de varier les menus afin que l'animal retrouve tous les éléments nutritifs indispensables. Un outil très utile pour commencer cette diète est le Guide de l'Alimentation Crue dont voici le lien: http://www.rawmeatybones.com/translations/french/intro.html.
A consulter également : http://www.b-a-r-f.com/
 
Vous trouverez sur ces deux sites toutes les informations nécessaires.
 
 
 
viande-crue.jpg
 
 
Les croquettes sans céréales

Autrement dit, des croquettes riches en protéines, pauvres en glucides et exemptes de céréales. Si vous choisissez cette option, vous devez vous tourner vers une nourriture de qualité supérieure, qui rassemble tous les éléments essentiels à la santé de votre chien. Je vous conseille fortement de vous rendre sur http://www.dogfoodanalysis.com/ afin d'obtenir tous les renseignements et les informations concernant la marque de croquettes que vous souhaitez utiliser. Sur ce site, vous trouverez presque toutes les marques existant dans le commerce. Elles sont cotées sur une échelle de 0 à 6 étoiles.
 
A noter que les croquettes que l'on vend habituellement chez les vétérinaires possèdent 2*, tandis que celles que l'on trouve en animaleries n'en possèdent qu'une...Déçu

Dans la catégorie 6*, on retrouve les marques Orijen, Taste of the Wild ou Wolfsblut. Celles-ci sont bien sûr sans céréales  !
 
.                                                                                                                                                                                                                                                                                   
orijen-regionalred.jpgtotw.jpgwolfsblut-alaska-salmon.jpg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 Les adresses utiles en Belgique :
 
 
Pour l'alimentation crue
 
 kiezebrink.jpg
 
 
 
Pour les croquettes sans céréales
 
food-4pets.jpg
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site